Conseils pour membres via nos antennes de consultation
En étant membre de l’OSP, vous avez droit à une consultation gratuite.

Hotline 0900 567 048 Lundi et jeudi, 09-12h CHF 2.90/Min.

 

Le contenu de la discussion peut être inscrit dans un protocole. Ce protocole sera utilisé de manière confidentielle au sein de l’organisation suisse des Patients OSP. Cela est utile par égard à un nouveau contact.

zahnarzt_1

Dentistes de l’UE: La concurrence augmente?

La cherté des dentistes suisses n’est pas une nouveauté. Le règlement de la facture est souvent plus douloureux que la fraise. Mais cette cherté n’empêche pas nos concitoyens de se plier consciencieusement à des contrôles réguliers et à un nettoyage dentaire profes- sionnel. Depuis quelque temps, des dentistes de l’UE affluent sur le marché suisse. La concurrence augmente – mais qu’en est-il de la qualité ?

par ANDREA KUNZ et MAGGIE REUTER, Conseillères en médecine dentaire

Walter Baumgartner (nom modifié) regarde dans un café une affiche publicitaire por- tant le slogan suivant : Des tarifs dentaires comme en Hongrie. Songeant depuis longtemps à se faire soigner les dents, il est piqué par la curiosité et prend rendez-vous. La consulta- tion du dentiste allemand est brève, le devis bon marché. Monsieur Baumgartner se ré- jouit : bientôt, il aura enfin de jolies dents. Mais le rêve tourne au cauchemar. En plein milieu du traitement, le dentiste lui annonce que le devis établi n’est pas correct, sa colla- boratrice ayant fait une erreur. La somme de 4000 francs fixée au départ passe à 18 000 francs. Monsieur Baumgartner invoque la signature du devis, mais le dentiste se contente de lui répondre d’un sourire qu’il est libre de s’en aller. A ce moment-là, la dentition de Monsieur Baumgartner n’est faite que de quelques bouts de dents. Il empoche le dentier provisoire et prend la fuite …

Des niveaux de formation très hétérogènes

Cette histoire n’est malheureusement pas un cas isolé. Des dentistes provenant de toute la zone européenne envahissent la Suisse avec des niveaux de formation très hétéro- gènes. Il y a quelques années, de nombreux suisses se rendaient en Hongrie pour se faire refaire les dents à petit prix. Avec la libre circulation des personnes, ce tourisme dentaire s’est déplacé : nombreux sont les dentistes qui flairent la grosse affaire en Suisse. Les fa- meux « Dental-center » poussent comme des champignons et attirent les patients avec un service 24 h sur 24 et un service d’urgence.

Le rendement des postes de travail est ainsi optimisé et les dentistes travaillent en rota- tion. Un chiffre d’affaires d’une telle ampleur ne peut être réalisé qu’en traitant le plus de patients possible en un temps très court. La qualité en pâtit automatiquement. Le recours à des couronnes et des bridges ainsi qu’à des prothèses partielles ou totales fabriqués en Chine ou dans d’autres pays asiatiques permet de réaliser des économies considérables. Malheureusement, le bénéfice financier n’est pas, ou très rarement, répercuté sur le patient. Mais ce n’est pas tout : l’obligation de déclaration n’est pas respectée au détriment des techniciens dentaires locaux, parfaitement qualifiés.

Le service d’urgence 24 h sur 24 – soi-disant nouveau – n’a pourtant rien d’une nou- veauté. Tous les dentistes de la SSO sont depuis longtemps intégrés à un service d’urgence dentaire, 24 h sur 24 et 365 jours par an !